CLOSE SEARCH
POSTS TAGGED WITH: Fatigue

Festival du déménagement et de ses feux.

J’écoute la musique pour enterrer les feux. Au Mexique, c’était des feux d’armes et des gens en mourraient. À Montréal, ce sont des feux d’artifices et j’en mourrai. On pourrait en rester là. Postcard from 1952 de Explosions in the sky. Et au moment où je monte le volume je reconnais la chanson. J’écoute Explosions dans le ciel (traduction) pour enterrer les explosions dans le ciel. Je trouve ce moment tellement fort que je manque faire éclater mon clavier et j’écris ces mots tellement fort que je manque éclater en sanglots. Parce que ça fait du bien que d’avoir peur […]

La plainte de la lune…

Je plains les gens qui m’entourent. Il est à noter que je ne les plaignais pas du temps qu’ils m’étaient inconnus, mais les gens ont cette mauvaise habitude que de se présenter. Ils tendent la main, d’autres plus téméraires risquent la joue. La joue m’embarrasse. Je me demande toujours ce que veulent ceux qui la tendent. Un baiser ? Une gifle ? Le corps n’a pas le langage très clair. Le problème est qu’il faut être soi-même pour se présenter sans quoi on présente quelqu’un d’autre… C’est pourquoi je ne m’y risque jamais. Être soi-même ne veut pas dire grand chose lorsqu’on s’auto-fourvoie […]